Page personnelle
Ramez Saad

Master en Phyto-écologie

Étudiant en doctorat (2014 - 2017)

Adresse postale
2, avenue de la Forêt de Haye
TSA 40602
54518 Vandoeuvre-lès-Nancy cedex
tél. +33 (0)3 83 59 58 65
fax +33 (0)3 83 59 57 91
Opens window for sending emailramez.saad@univ-lorraine.fr

RECHERCHE

2011-2012
Stage en Master 1 : « Effets de la compaction, type du sol, et le niveau d’irrigation sur la croissance du maïs (Zea mays L.). »

2012-2013
Mémoire fin du Master : « Etude  des  effets  de  la compaction, de l’utilisation des engrais inorganiques (N, P) et du compost (MSW) sur le développement et la croissance du maïs Zea mays L. »

2014-2017
Thèse de doctorat : « Agromine associant plantes hyperaccumulatrice et légumineuse, comme service écosystémique des sols pollues en Nickel »

L’agromine est l’ensemble de la filière qui consiste à coupler à la phytoextraction une métallurgie particulière adaptée aux biominerais ainsi récoltés. Il s’agit d’une « technologie verte » qui est aussi bien écologique qu’esthétique, lorsqu’elle est convenablement implantée. De plus, elle présente également l’avantage de restaurer/préserver les fonctions écologiques des sols. Ainsi, l’association de différentes espèces végétales (hyperaccumulatrice et non accumulatrice) apparaît être une stratégie à envisager pour aboutir à une meilleure phytoextraction.
Ainsi, l’objectif global de la thèse est l’optimisation de l’agromine. Il s’agira de la mise en place de nouveaux systèmes culturaux intégrant une légumineuse, du fait de son aptitude à fixer l’azote de l’air, via les nodosités qu’elle est à même de développer sur son système racinaire. Ceci permettra, au final de compenser la carence en azote des sols ultramafiques et un enrichissement naturel du sol en azote aboutir à une meilleure extraction.
L’intérêt de l’association de la plante non-hyperaccumulatrice, une légumineuse, et de la plante hyperaccumulatrice sera testée par la mise en place de deux systèmes culturaux : la co-culture, c’est-à-dire la culture simultanée des deux plantes, et la rotation (ou succession) avec mise en place dans un premier temps de la légumineuse puis, après destruction de celle-ci, celle de la plante hyperaccumulatrice.
Plus précisément, nous évaluerons, sur un cycle de culture complet, quel système de culture (plante hyperaccumulatrice sauvage et légumineuse, en association ou en rotation) permet d’améliorer l’efficience d’extraction de polluants métalliques présents dans le sol par la plante hyperaccumulatrice :
- de manière directe, via une augmentation de la disponibilité en azote (services écosystémiques de production, de dépollution et de restauration de la qualité des sols),
- de manière indirecte, via une modification de la diversité génétique et fonctionnelle de la communauté microbienne (services écosystémiques de fertilité et de régulation).


FORMATION

2012-2013
Master professionnel (M2) en Phyto-écologie, Université Libanaise, Hadath, Liban.

2011-2012
Master (M1) en biologie végétale et environnement, Université Libanaise, Faculté des sciences, Hadath, Liban.

2008-2011
Licence en Biologie, Université Libanaise, Faculté des sciences, Hadath, Liban.


PUBLICATION CHOISIES

Saad R., Kraidly S., Kanso A., Samrani A., Kazpard V., Kobaissi A., 2014. Ecological and morpho- physiological characteristics of corn (Zea mays L.) associated with compost curing. International Journal of Scientific and Technology Research. 3 (7), 196-202.

Ramez Saad, Guillaume Echevarria, Ahmad Kobaissi, Emile Benizri, 2015. Assessment of ecosystem services rendered by agromining of nickeliferous soils: association of leguminous and hyperaccumulator. Colloque Rhizosphère 4, Juin 2015, Maastricht, Hollande.